Rejoignez notre Comité de Lutte contre les Idées reçues :-)



Idée reçue n°1 - "Chez moi, on travaille déjà comme ça"

Tant mieux ! Mais en êtes-vous si sûr ? Il n'est pas si facile d'adopter une posture de dirigeant "libéré". En fait, on ne peut pas "motiver" ou "responsabiliser" les collaborateurs en réfléchissant à leur place. Ou alors on n'obtiendra que des comportements de façade, ceux qui sont attendus, parce que c'est la façon la plus simple de se comporter. Donc il faut prendre le risque de vraiment laisser le choix, en essayant d'apporter à chacun le moyen de s'épanouir.


Idée reçue n°2 - "Si je fais confiance, il y en a qui vont en profiter"


Toute la démarche consiste à évoluer vers une nouvelle situation d'équilibre, dans laquelle la confiance coûte moins cher que le contrôle parce les abus sont rares. L'organisation évite elle-même les abus car la culture ne laisse pas de place aux situations injustes. Si l'on répond aux abus par un renforcement des contrôles, on génère des contraintes démotivantes pour l'immense majorité qui ne triche pas, tandis que l'infime minorité de tricheurs contourne rapidement les contrôles. 


Idée reçue n°3 - "Ce sont les poètes qui parlent de bonheur au travail"

Si certaines entreprises ont d'excellents résultats avec des collaborateurs heureux, alors ce sont les poètes qui réussissent le mieux ! En réalité, ce sont surtout des dirigeants et des équipes qui ont trouvé de nouvelles trajectoires gagnantes, en dépassant de nombreuses idées reçues...


Idée reçue n°4 - "On ne réussit qu'à la sueur de son front"

Etre heureux au travail ne signifie pas que l'on passe sa journée à jouer au babyfoot avec ses collègues ! Le bonheur est lié à la nature du travail, à son intérêt, et à la manière dont on le fait. D'où la fameuse citation de Confucius : "Choisis un travail que tu aimes et tu n'auras pas à travailler un seul jour de ta vie" !


Idée reçue n°5 - "Ce n'est pas possible avec les employés que nous avons"

Sauf à avoir recruté volontairement de parfaits incapables, une entreprise a très majoritairement recruté des collaborateurs motivés, volontaires et travailleurs. Mais au fil du temps, la motivation peut s'éroder au point que les meilleurs éléments s'enfoncent dans la routine et le status quo. Un changement de mode de management rétablit le cercle vertueux de la motivation et de l'implication.